Pages

lundi 21 novembre 2011

[Intelligence collective] Facilitation: Priorisation intégrale influencent le résultat final


NOV 16 2011 POSTÉ DANS LES CATÉGORIES : FACILITATIONOUTILSPRIORISATION0 Jean-Philippe Poupard
Un processus de facilitation est le plus souvent divisé en deux phases : la divergence et la convergence. La priorisation[1] marque le passage de la première phase à la seconde. Pour mener à bien cette priorisation, plusieurs possibilités s’offrent au facilitateur. Du simple bâtonnet, à la gommette en passant par le vote à main levée, le facilitateur a l’embarras du choix. Mais tout facilitateur qui a pu expérimenter différents modes de priorisation sait combien ils influencent le résultat final.
Je vous partage ici une méthode de priorisation que j’ai développée et utilisée avec satisfaction à maintes reprises. Je l’ai baptisée la priorisation intégrale[2].
La liste d’idées ou de propositions est là ; face à ce large panel, vous invitez le groupe à prioriser en leur proposant trois axes d’attention : le cœur (vibration), la raison (réflexion) et les instincts (pulsion d’action immédiate). Voici comment je les présente :
Le cœur correspond à toutes les propositions qui vous tiennent à cœur. Celles pour lesquelles, vous seriez prêt à vous investir significativement dans leurs développements et leurs mises en œuvre. D’une certaine manière et sans forcément savoir l’expliquer, ces propositions vous touchent. C’est un choix irrationnel, liée à une émotion, une vibration, un élan du cœur.
La raison correspond à toutes les propositions que vous jugez pertinentes, brillantes d’intelligence. De votre expérience, ces propositions vous paraissent intellectuellement pertinentes et très prometteuses. Votre intérêt et votre curiosité intellectuelle sont aiguisés. C’est un choix purement rationnel, logique, cartésien.
Les instincts, c’est la voix de l’action immédiate. Quelles sont les propositions qui vous paraissent les plus rapides et faciles à mettre en œuvre ? C’est la volonté de résultat rapide et efficace qui vous motive. C’est un choix impulsif tourné vers l’action.
Une fois présenté ces trois axes, le plus simple consiste à utiliser des gommettes de couleurs (3 gommettes rouges, 3 bleues et 3 vertes par personne – le chiffre est bien sûr à déterminer en fonction du nombre d’idées collectées). Evidement, un participant peut poser une gommette rouge, une gommette bleue et même une gommette verte sur une même proposition. Cependant chaque gommette aura naturellement une signification différente.
A l’issu de ce vote, le groupe connaît ses priorités par axe de perception ; ne reste plus qu’à l’inviter à établir un plan d’action qui réponde aux priorités de chacun de ces axes.
Dans une priorisation classique, les émotionnels choisissent selon leurs émotions, les cérébraux choisissent selon leurs réflexions rationnelles et les instinctifs privilégient ce qui peut être mise en œuvre immédiatement. Chacun reste dans sa zone de confort.
La priorisation intégrale permet à chacun de se focaliser et de s’exprimer selon trois composantes de l’être humain : les émotions, la raison et les instincts. Chacun est invité à écouter ses émotions, réfléchir et laisser exprimer son désir d’action. Un bon moyen pour s’assurer que les priorités fixées et les actions qui en découlent soient en harmonie avec trois angles de vues communs mais rarement mis en commun ; un premier pas vers une décision collective intégrale.

[1] Bien que le terme priorisation soit largement utilisé et répondu, il ne figure dans aucun dictionnaire de la langue française. Je le préfère de loin au terme hiérarchisation ou à l’expression liste des priorités. Il marque plus nettement une étape de processus sans avoir la connotation descendante de la hiérarchie.
[2] J’ai choisi l’adjectif intégral dans le sens de complet, entier. N’y voyez aucun lien désiré de ma part avec la théorie Intégrale de la conscience de Ken Wilber.


Exemple de Programme (téléchargeable ici)
Introduction à la facilitation
  • Perceptions et définition
  • Ce que la facilitation est et n’est pas
  • Les applications de la facilitation
  • Le(s) process de la facilitation
  • Les effets de la facilitation en quelques résultats d’études
  • Le rôle et les compétences clés du facilitateur
Préparer une prestation de facilitation
  • Etat des lieux de la situation de départ
  • Analyse des perceptions autour de la demande initiale
  • Suggestion d’un agenda
  • Accord final sur les tenants et les aboutissants de la prestation
  • Choix des techniques et préparation des conditions logistiques
Démarrer la facilitation
  • Rappel de l’objet de la rencontre
  • Présentation du facilitateur et de son rôle
  • Présentation des acteurs : « vérifier » chaque participant
  • Présentation de l’agenda
  • Les règles du jeu
  • Empowerment
Pendant la facilitation
  • Focalisation du groupe
  • La génération d’idées
  • Le traitement des idées
  • Avantages, barrières et solutions
  • Plan d’action
  • La gestion des aléas
Outils et techniques du facilitateur
  • L’écoute active : entendre aussi ce qui n’est pas dit
  • Les différentes formes de questionnement : poser la bonne question au bon moment
  • Techniques de cadrage et de recadrage d’un groupe
  • L’usage des verbes « modaux » : orienter et cadrer
  • Le feedback : mesurer l’intérêt et les progrès
  • Exemples de techniques avancées
Clore la facilitation
  • Engagements collectifs et individuels
  • Accord sur les prochaines étapes
  • Evaluation et feedback final
Quand le nous s’exprime, il représente un noyau dur, composé de Jean-Philippe Poupard, le fondateur de Formapart et un réseau d’indépendants avec lesquels il partage les mêmes valeurs et la même passion pour la facilitation. Ce noyau dur fonctionne ensemble selon des principes inspirés de la sociocratie, un mode de gouvernance qui permet à la fois la prise en considération de chacun et la co-responsabilisation. Au delà de ce noyau dur, nous pouvons faire appel à plusieurs autres partenaires, indépendants ou sociétés.
Jean-Philippe Poupard
Jean-Philippe a commencé son expérience professionnelle à l’international. D’abord en Chine puis aux États-Unis où il était principalement chargé de faciliter les changements organisationnels des sites industriels dans lesquels il travaillait.
De retour en France, il découvre les métiers de la formation et de la facilitation dans ses responsabilités liées à la conduite du changement autour d’un important projet informatique. Après avoir été Formateur Facilitateur indépendant pendant plusieurs années et mesuré combien la facilitation peut transformer en douceur la vie des organisations, il crée début 2009 la société Formapart, qui a pour vocation de promouvoir l’art de la facilitation.
Jean-Philippe exerce son métier avec passion et dévouement. Il vit son action comme une vocation.
Pour plus d’informations sur son parcours et son expérience, vous pouvez visiter sa page web :www.jeanphilippepoupard.com



Cet article a été posté le Mercredi 16 novembre 2011 à 08:24
Vous pouvez suivre les réponses via RSS 2.0.
http://www.formapart.fr/2011/11/16/priorisation-integrale/